Vous êtes curieux de savoir comment mastiquer les boiseries comme un pro ? Nous vous expliquons les étapes du masticage, les outils dont vous avez besoin et les conseils de finition pour mener à bien votre projet.

Les portes et les fenêtres de votre maison sont-elles étanches et présentent-elles des interstices disgracieux ? Et votre baignoire, dont le joint d’étanchéité est effiloché ? Et vos moulures, autrefois impeccables, semblent-elles se détacher ?

Dans ce cas, vous vous demandez probablement comment mastiquer les moulures !

Vous n’avez pas besoin d’engager des experts pour réaliser votre prochain projet de rénovation. Si vous êtes prêt à apprendre ce que le travail implique, c’est une excellente expérience de bricolage.

Les étapes d’un bon masticage sont les mêmes, que vous soyez un amateur ou un expert.

Les plinthes, moulures et autres garnitures sont généralement sujettes à des fuites avec le temps. Le masticage est la solution pour se débarrasser de ces espaces inesthétiques.

Si vous le faites correctement, le masticage ne se distingue pas de la peinture. Il donne à l’ensemble une finition homogène et donne l’impression que le travail a été fait par des professionnels.

Alors comment intégrer ce dernier tour de magie à votre peinture sans faire de dégâts considérables ? Ce guide étape par étape explique tout ce dont vous avez besoin pour mastiquer les boiseries, à la manière d’un tutoriel.

L’importance du masticage

Le mastic est un outil indispensable pour les réparateurs, les peintres et autres professionnels de la maison. Parce qu’il est moulable, il peut combler des espaces et sceller des trous que vous ne pouvez pas facilement réparer autrement.

Vous pouvez l’utiliser pour colmater les brèches au niveau des portes et des fenêtres, évitant ainsi des réparations inutiles de chauffage et de climatisation et des factures d’énergie coûteuses.

Avec rien d’autre qu’un tube de 10 onces de produit et un pistolet à mastiquer, il est possible de couvrir les trous et les dommages aux murs rapidement et à moindre coût.

Oui, il est courant d’étanchéiser les portes et les fenêtres avec du mastic, mais celui-ci permet également de colmater les baignoires qui fuient et peut faire plus encore. Mais au-delà de l’aspect réparation, le mastic est également vital en tant qu’outil de prévention.

Mastiquer pendant que vous peignez

Il est souvent judicieux de mastiquer pendant que vous vous préparez à peindre votre maison. Ce sont deux projets de bricolage qui peuvent aller de pair.

Ainsi, lorsque vous choisissez la peinture pour le travail que vous vous apprêtez à faire, assurez-vous de prendre également du mastic. Il est essentiel de l’utiliser sur les petites zones de garniture, les joints et les petits espaces.

Même si une petite zone est cachée lorsque vous la peignez, n’oubliez pas que les maisons se déplacent au fil des ans. À mesure que les fondations s’ajustent et s’affaissent, des éléments comme les moulures autour des portes se déplacent également. Le mastic permet de combler les petits espaces avant qu’ils ne s’élargissent avec le temps.

Vous pouvez appliquer du mastic autour des fenêtres pour couvrir les désalignements lorsque les vitres ne sont pas parfaitement reliées au niveau d’un joint. En même temps, le mastic fait office de produit d’étanchéité pour empêcher les courants d’air et les fuites d’énergie. Grâce à son caractère préventif, le mastic peut vous éviter des travaux plus coûteux à l’avenir.

Avant de peindre, utilisez du mastic pour coller les joints des plinthes, des moulures et des boiseries. Ensuite, vous pouvez peindre par-dessus le mastic sec et lissé pour obtenir un aspect fini sans arrêts ni départs.

Première étape : choisir son mastic

Si vous n’avez jamais utilisé de mastic auparavant, sachez que les tubes que vous voyez sur les étagères des quincailleries ne sont pas tous identiques. Il existe de nombreuses variétés de mastic, et chacune a un rôle différent.

Votre pistolet à mastiquer de base est un outil de taille unique, mais les tubes qui le composent sont distincts.

Les quatre tubes les plus couramment vendus dans le commerce devraient vous permettre de mener à bien tous vos projets de bricolage. Il est toutefois préférable de comprendre à quoi sert chaque type de mastic, afin d’obtenir le bon produit.

Types de mastic

En parcourant les rayons des magasins en ligne, vous verrez des mastics en latex acrylique, à base de solvant, en polyuréthane et hybrides. Chaque type de mastic a ses avantages et ses inconvénients, en fonction du travail à effectuer et de votre budget.

Le mastic au latex acrylique

Le mastic au latex acrylique est le meilleur type de produit à utiliser avec la plupart des travaux de peinture. Comme il s’agit d’un latex, il est facile à étaler, à appliquer et à ajuster sur une surface lisse. La partie acrylique permet de le nettoyer facilement avec un peu d’eau et le rend idéal pour le dessous d’une surface peinte.

Vous en trouverez peut-être qui portent la mention « mastic silicone » ou « siliconé ». Certains fabricants ajoutent du silicone à l’acrylique pour le rendre plus souple et l’aider à mieux se fixer.

Mastic à base de solvant

Le mastic à base de solvant est ce qu’il vous faut pour les travaux lourds. L’ingrédient solvant offre une résistance aux taches et aux produits chimiques sur le béton. Le mastic à base de solvant est le type de mastic que les entrepreneurs professionnels utilisent pour construire et réparer les allées, les toits et les piscines.

Certains mastics se dégradent lorsqu’ils sont trop exposés au soleil, mais pas les produits à base de solvant. Vous pouvez également appliquer le mastic à base de solvant directement sur des surfaces humides, ce qui est un avantage pour les grands projets de construction.

Le mastic de polyuréthane

Le mastic en polyuréthane est également utilisé couramment pour les travaux extérieurs, comme les allées et les endroits exposés aux intempéries.

Toutefois, ce type de mastic ne présente pas les avantages des produits à base de solvant. Il est difficile de les appliquer de manière uniforme et vous devrez peut-être attendre qu’ils sèchent avant de pouvoir poursuivre votre travail.

Le mastic hybride

Le dernier type de mastic couramment utilisé est un type hybride. Ces tubes mélangent du silicone et du polyuréthane pour combiner les avantages des deux ingrédients.

Le polyuréthane et le silicone forment ensemble un mastic qui adhère bien, est flexible et dure longtemps. Le prix est l’inconvénient de ce type de mastic, car une version de haute qualité est généralement la plus chère.

N’importe lequel de ces produits peut faire l’affaire pour vos travaux de peinture. Mais si vous voulez juste une réparation rapide dans une pièce sans trafic intense, le mastic au latex est efficace et simple. C’est aussi le produit le plus facile à peindre parmi les quatre types.

Deuxième étape : préparez la zone

Contrairement à de nombreux autres projets de bricolage, le masticage ne nécessite pas beaucoup de travail de préparation. Vous devrez rassembler le matériel et nettoyer la surface où vous appliquerez le mastic.

Rassemblez vos fournitures

Pour mastiquer les plinthes et autres garnitures, rassemblez le matériel suivant :

  • Un pistolet à mastiquer
  • Du mastic au latex (le blanc est la couleur la plus courante)
  • Du ruban adhésif de peintre
  • Des lingettes humides pour enlever rapidement les taches.

Le nettoyage de la zone avant de mastiquer et de peindre peut demander un peu plus de travail s’il y a encore du vieux mastic qui traîne. Avant de nettoyer la zone, il faut enlever tout ce qui la gêne.

Enlever le vieux mastic

Au fil des ans, le mastic commence à se dégrader. Ce faisant, il se décolore, commence à se fissurer et montre des signes de séparation.

Se débarrasser de ce vieux matériau n’est pas difficile, mais cela peut prendre du temps.

Tout d’abord, essayez de savoir quel type de mastic a été utilisé pour le travail précédent. Cela vous aidera à commencer à l’enlever.

S’il est à base de silicone, vous verrez qu’il a l’air caoutchouteux. Le mastic à base d’eau, quant à lui, est plus rigide et s’écaille plus facilement.

Vous trouverez dans le commerce des produits pour enlever les deux types de mastic. Nous aimons particulièrement celui-ci qui enlève le vieux mastic et vous aide à en appliquer un nouveau.

À l’aide de votre outil d’enlèvement du mastic et d’un couteau utilitaire, enlevez lentement l’ancien matériau. Vous trouverez peut-être qu’un couteau à mastic est pratique pour gratter doucement les résidus.

Une fois le vieux mastic enlevé, utilisez de l’eau de Javel ou un autre produit de nettoyage pour préparer la zone à peindre.

Troisième étape : Planifiez à l’avance

Le masticage d’un gros travail exige une bonne planification. Si vous n’avez pas tous les outils nécessaires et que vous n’effectuez pas le travail dans l’ordre approprié, vous vous exposez à un résultat d’amateur.

Pensez au moment où vous passez la serpillière. Si vous ne faites pas attention, vous finissez par vous enfermer dans un coin dont vous ne pouvez pas sortir sans marcher sur la surface humide.

Vous pouvez commettre des erreurs similaires lors d’un travail de peinture, en laissant de la peinture humide dans une zone que vous devez mastiquer. Si vous utilisez le mauvais pinceau et que vous n’avez rien pour nettoyer, vous risquez de vous retrouver avec des traces de peinture sur les mauvais murs.

(N’oublions pas qu’il existe d’autres façons d’ajouter de la couleur à votre espace si vous ne voulez pas vous engager à peindre une pièce ou une garniture).

La lenteur et la régularité permettent de bien faire le travail

Le fait de planifier les murs à peindre en premier et le moment de mastiquer les boiseries réduit les problèmes et les retards accidentels. Il est vrai que cela peut prendre plus de temps de préparer la zone pour votre travail, mais cela permet de gagner beaucoup de temps en fin de compte pour réparer les erreurs.

Par exemple, le fait d’appliquer du ruban adhésif sur les zones à mastiquer vous permet de travailler en ligne droite. Le ruban adhésif de peintre permet d’éviter que les travaux de peinture ou le mastic ne se retrouvent là où ils ne devraient pas être.

Veillez à utiliser du ruban de peintre pour que le mastic s’enlève proprement sans laisser de résidus.

Conseil de pro : appliquez le ruban sur le périmètre de la zone à mastiquer. Après avoir appliqué le mastic et l’avoir lissé, retirez immédiatement le ruban. Si vous le retirez avant que le mastic ne sèche, il s’enlèvera beaucoup plus facilement.

Quatrième étape : Coupez et mastiquez.

Il faut couper l’extrémité d’un nouveau tube de mastic avant de le mettre dans le pistolet à mastiquer. Il est impératif de bien couper le tube si vous voulez que votre travail se déroule sans problème.

La quantité d’embout que vous coupez dépend de la taille de l’espace que vous essayez de remplir. La plupart des embouts ont des incréments pré-mesurés de ⅛ », ¼ » et 5/16″. La meilleure chose à faire est de commencer avec le ⅛ » puisque c’est le plus petit embout.

Vous pouvez toujours couper plus de pointe de mastic si vous en avez besoin, mais vous ne pouvez pas redescendre à une coupe plus petite.

Tenez les ciseaux à un angle de 45 degrés, puis coupez la pointe du tube à la bonne taille. Avec cet angle, le trait de mastic s’applique uniformément lorsque vous le faites glisser régulièrement sur le bord de la moulure ou d’une autre surface.

Conseil de pro : avant de vous lancer dans votre travail de masticage, exercez la pression à utiliser sur une autre surface. Le pistolet à mastiquer peut être nerveux au début, car il faut s’habituer à sa poignée.

Essuyez le cordon de mastic avec lequel vous vous êtes exercé avec un chiffon humide et, lorsque vous êtes prêt, commencez à mastiquer les plinthes.

Cinquième étape : Les touches finales

Maintenant que vous avez rempli le joint entre les plinthes ou le trou dans la cloison sèche, il vous reste du travail à faire. Utilisez votre doigt pour lisser le mastic jusqu’à ce qu’il soit uniforme avec le reste de la garniture. Il doit être suffisamment plat pour qu’une fois peint, vous ne puissiez pas voir qu’il y a du mastic.

Si vous utilisez du ruban adhésif de peintre, il vous suffit de faire glisser le bout de votre doigt sur le bord. Le ruban récupérera l’excédent de mastic. Lorsque vous le retirerez, le nouveau mastic sera parfaitement droit et lisse.

Mais s’il reste quelque chose, vous pouvez l’enlever délicatement avec une serviette en papier humide ou un chiffon mouillé.

Veillez à nettoyer le pistolet à mastiquer et tout autre matériel pendant que le mastic est encore humide. Une fois qu’il a séché, il peut être difficile de l’enlever de votre équipement (et de vos mains).

Conclusion

Apprendre à mastiquer les boiseries est aussi simple que ces cinq étapes. En achetant le bon mastic, en nettoyant la zone et en planifiant à l’avance, vous vous assurez que votre projet se déroule sans problème !

Le processus est le même, qu’il s’agisse de mastiquer une cloison sèche, une plinthe ou des courants d’air dans les fenêtres. Une fois que vous avez appris à couper le tube de mastic et à tenir le pistolet, le reste est simple.

Et le mieux, c’est que si vous pouvez mastiquer des boiseries, vous pouvez mastiquer n’importe quoi ! On ne sait jamais quand cette compétence sera utile en tant que propriétaire ou locataire d’un appartement.

Vous avez conquis la leçon sur le masticage des boiseries. Quelle est la prochaine étape sur votre liste de bricolage ?