jeudi 21 mars

Le plan d’efficacité énergétique de la France

Le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie a remis le 24 mars dernier son plan d’action en matière d’efficacité énergétique à la Commission européenne. En application de la directive européenne sur la transition énergétique de 2016, la France a donc rendu ses objectifs pour améliorer de 25% l’efficacité énergétique de l’Europe d’ici 2020.

Au niveau national, l’optimisation de la transformation et du transport de l’énergie, en plus d’une utilisation plus efficiente permettra de réduire la consommation d’énergie finale et d’énergie primaire de la France dans les prochaines années.

Des mesures dans tous les secteurs

Ce Plan revient sur les mesures adoptées par le gouvernement depuis 2012 et prévoit les effets passés et à venir de celles-ci sur l’amélioration de l’efficacité énergétique française.

Dans le secteur de la construction et du bâtiment, afin de réduire la consommation d’énergie de 38%, 2 mesures phares ont été prises : Le plan de rénovation énergétique de l’habitat qui prévoit la rénovation de 500 000 logements par an d’ici 2017 afin d’économiser 2,1 Millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep, 1 tep équivaut à 11 630 kWh) en 2020, la réglementation thermique qui devrait permettre d’économiser 1,15 Mtep en 2020.

Dans le secteur du transport, le ministère favorisera la diversité des moyens de transport et l’amélioration de l’efficience des véhicules neufs pour économiser plus de 2 Mtep.

Dans le secteur de l’industrie, des mesures incitatives financières, des mesures réglementaires et des mesures de normalisation continueront d’être prises afin d’améliorer l’efficacité énergétique des moyens de production.

Dans le secteur agricole, le Plan de Performance Énergétique des exploitations agricoles et le plan de modernisation des bâtiments d’élevage permettent d’ores et déjà aux exploitants de réduire leur facture énergétique grâce à l’amélioration de leurs équipements.

La nouvelle filière française de l’éolien en mer

Ce mercredi, la ministre de l’Écologie donnait une conférence de presse portant sur la nouvelle filière de l’énergie éolienne en France, en compagnie des représentants des grandes entreprises impliquées dans ce secteur de la transition énergétique : Areva, Alstom, EDF Energies nouvelles et GDF-Suez.

Cette conférence a été l’occasion pour la ministre de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie d’annoncer sa volonté de faire de la France la première puissance écologique d’Europe et d’être le chef de file des énergies marines renouvelables.

Il a aussi été question de l’attribution de 2 nouveaux parcs éoliens de 100 MW à GDF-Suez en plus des 4 parcs de 200 MW déjà attribués.

Ce projet permettra, selon G. Mestrallet, PDG de GDF-Suez la création de 6 000 emplois et de l’électricité pour 1,6 millions de personnes. Et Jean-François Cirelli, Vice-président de GDF-Suez, d’ajouter que ce projet ancrera durablement les emplois sur l’île d’Yeu et à Noirmoutier et offrira de nouveaux débouchés aux populations riveraines.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*